Fred Swaniker, l’inspirant leader Ghanéen qui a créé la « Harvard africaine », African Leadership University

Fred Swaniker, l’inspirant leader Ghanéen qui a créé la « Harvard africaine », African Leadership University

Education, leadership et panafricanisme. Cette trilogie est le générique d’un combat contemporain de transformation radicale mais progressive de l’Afrique de demain, que s’est assigné Frederick Kenneth Swaniker. Le Ghanéen pour qui l’Afrique n’a de secret, veut apporter sa pierre à l’édifice en fondant en 2015, l’Université panafricaine de leadership. Fils de magistrat et d’éducatrice, Fred… Voir l’article

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  



Education, leadership et panafricanisme. Cette trilogie est le générique d’un combat contemporain de transformation radicale mais progressive de l’Afrique de demain, que s’est assigné Frederick Kenneth Swaniker. Le Ghanéen pour qui l’Afrique n’a de secret, veut apporter sa pierre à l’édifice en fondant en 2015, l’Université panafricaine de leadership.

Fils de magistrat et d’éducatrice, Fred Swaniker hérite, peut-être inconsciemment, du sacerdoce que revêt la carrière embrassée par sa mère. Sa vie de globe-trotter commence à 4 ans, après l’avènement du coup d’Etat militaire survenu au Ghana le 31 décembre 1981 et qui a fait migrer sa famille en Gambie. Fred a vécu une enfance plutôt mouvementée en foulant successivement le Botswana et le Zimbabwé avant ses 18 ans.

LEX4

C’est à partir de ce moment que naîtra le leader qu’il est devenu, avec une philosophie poignante :

Une mentalité qui épouse bien ses responsabilités de proviseur à 18 ans, dans une école ouverte par sa mère. Fred Swaniker poursuit son chemin d’écolier dans bien de pays africains (une dizaine au total), où il va étudier, mais aussi, découvrir du pays.

« J’ai toujours été frustré (…) »

Le rêve américain s’empare de lui. Fred décroche un MBA à la Stanford Business School, et devient boursier Arjay Miller, une distinction décernée aux 10% des meilleurs diplômés de la prestigieuse école de commerce. Il entame une belle carrière professionnelle en qualité de consultant chez McKinsey and Company. Un poste qui le fait voyager dans une bonne dizaine de pays africains à nouveau.

Découverte sur découverte, il devient passionné de l’Afrique mais veut soigner ses regrets. « J’ai adoré chaque endroit dans lequel je suis allé, et cela m’a rendu très fier d’être Africain, relate Fred Swaniker.

Mais j’ai toujours été frustré que nous n’ayons pas réussi à exploiter pleinement le potentiel de notre continent. J’ai fini par réaliser que c’est par l’éducation et le leadership que nous réglerons nos problèmes, et pas grâce à l’aide étrangère. »

L’expert en développement du leadership s’est forgé une conviction inébranlable. Pour lui, le développement de l’Afrique passera par l’éducation, le leadership et l’entrepreneuriat des jeunes, pour favoriser la création d’un écosystème convenable à la propulsion du continent. C’est à Johannesburg que son Académie Africaine de Leadership verra le jour en 2014. Il s’agit d’un programme pré-universitaire gratuit ouvert aux africains de moins de 19 ans, et destiné à les former en leadership et en entrepreneuriat, afin de les insérer plus tard dans les universités du monde.

L’Université panafricaine de leadership

Si en 2010, le Réseau Africain de Leadership a été créé, toujours sous sa bannière, c’est parce que celui qui a été reconnu comme le jeune dirigeant mondial du Forum Économique Mondial deux années plus tard (c’est-à-dire en 2012) a senti la nécessité d’accroître ses tentacules pour ne pas laisser se dispercer les jeunes pousses qu’il faisait former. En 2015, il dévoilera son méga-projet. C’est en fait un rêve inavoué qu’il poursuivait : celui de la construction de l’Université panafricaine de leadership.

Lire aussi : Isahit lance sa campagne de crowdfunding sur Afrikwity, pour accélérer son développement.

Le projet prend corps sur l’île Maurice où le premier campus est érigé, accueillant une promotion de 180 étudiants et le second à Kigali au Rwanda. En effet, 25 campus de classe mondiale seront construits au cours des 20 prochaines années sur le continent. Objectif : former 3https://inafrik.com/isahit-lance-sa-campagne-de-crowdfunding-sur-afrikwity-pour-accelerer-son-developpement/ millions de jeunes leaders africains, grâce à un modèle d’apprentissage basé sur des « moments de découverte » incitant les apprenants à l’entrepreneuriat. Avec pour finalité, le développement de l’Afrique basée sur des ressources humaines de qualité, formées sur le continent, pour répondre efficacement aux problèmes actuels.

Cerise sur le gâteau.

« Nous sélectionnons des jeunes gens exceptionnels que nous mettons ensuite en relation avec ces entreprises. Pendant trois ans, les étudiants passent huit mois par an avec nous sur le campus et quatre mois avec leur employeur. Avant le premier cycle au sein de leur entreprise, nous les formons sur ses produits et technologies. Comme ça, ils connaissent déjà bien l’entreprise et sa stratégie dès leur premier jour au travail. A la fin de leur cursus, ils obtiennent une licence et ont déjà un an d’expérience en entreprise. C’est l’entreprise qui paie la formation de chaque étudiant. En échange, si elle est satisfaite de son travail, l’entreprise est prioritaire pour l’embaucher, mais celui-ci doit travailler pour elle pendant au moins trois ans (ou rembourser ses frais de scolarité) »

, explique Fred Swaniker.

Reconnaissance en cascade

A 43 ans, alors que celui dont la chaîne américaine CNN surnomme l’Université, « le Harvard d’Afrique », n’est qu’à mi-chemin vers son accomplissement, ses efforts ont déjà été salués par l’illustre président américain Barack Obama au cours du premier Forum des présidents africains pour les présidents, organisé à la Maison-Blanche en 2010. A l’échelle internationale, les qualités d’entrepreneur éducatif lui sont reconnues et il distingué membre TED en 2009. Au titre des nominations, Fred Swaniker fait partie des dix meilleurs jeunes hommes du pouvoir en Afrique, selon un article de presse publié en 2011 par le célèbre magazine Forbes.

Lire aussi : CONTRÔLEUR DE GESTION SENIOR – PROJET H/F

2017 et 2018 ont été de véritables années de moisson pour lui. En 2017, il a été honoré de deux doctorats, l’un du Middlebury College aux Etats-Unis et le second de Nelson Université Mandela en Afrique du Sud. Contre un seul en 2018 du Macalester College aux États-Unis. Tout ceci est précédé de sa reconnaissance par l’Echoing Green comme l’ un des 15 premiers entrepreneurs sociaux dans le monde en 2006. Et pour couronner le tout, l’Université panafricaine reçoit le soutien de Graca Machel, veuve de Nelson Mandela, en qualité de chancelier de l’Université. Pendant que l’ancien président de la Banque africaine de développement Donald Kaberuka en est le président du conseil consultatif mondial.

Auteur

Avatar

Michael TCHOKPODO

Redacteur du magazine InAfrik

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *