La Banque africaine de développement plaide pour une région du Sahel à sécurité solaire

La Banque africaine de développement plaide pour une région du Sahel à sécurité solaire


La région africaine du Sahel est au bord d’une mine d’or en matière d’énergie renouvelable, a déclaré mardi la Banque africaine de développement lors de la COP24. La Banque a noté qu’à une époque où environ 600 millions d’Africains sont privés d’électricité, des économies stables peuvent être créées en exploitant l’énergie solaire.

Astrid Manroth, directrice de la livraison et de l’impact à la Banque africaine de développement, a déclaré lors d’une conférence de presse en marge du Sommet sur le climat à Katowice en Pologne que la Banque africaine de développement avait placé l’énergie en Afrique au premier rang de ses priorités.

« En particulier, l’intégration des énergies renouvelables nécessite des réseaux stables et des réseaux disponibles pour le transport et la distribution aux clients finaux ». Manroth a expliqué.

« Nous travaillons avec les services publics pour renforcer les réseaux de distribution. Nous sommes un bon exemple, en particulier au Kenya. Nous avons établi un partenariat avec ce service afin de renforcer la connexion énergétique du dernier kilomètre à moins de 600 mètres de toutes les sous-stations .»

Elle a ajouté que “les énergies renouvelables constituent une priorité dans leurs contributions déterminées au niveau national (CDN) en vertu de l’Accord de Paris “.

Avec l’ initiative Desert to Power , la Banque collabore à une approche novatrice pour catalyser les investissements solaires du secteur public et en particulier du secteur privé et des investisseurs institutionnels. Cette forme de financement mixte est destinée à aider à combler les déficits en ressources en capital qui se manifestent dans le cycle de projet des énergies renouvelables en Afrique.

L’initiative vise à développer 10 GW d’énergie solaire dans la région du Sahel d’ici 2025, ce qui pourrait fournir un accès à l’électricité renouvelable à plus de 250 millions de personnes, résolvant ainsi de nombreux problèmes d’accès à l’énergie de la région.

En exploitant l’une des plus grandes sources d’énergie solaire au monde, cette région traditionnellement sous-développée pourrait être transformée de manière spectaculaire. La Banque africaine de développement s’est associée au Fonds vert pour le climat pour donner vie au projet .

Auteur

Avatar

Rosko DOSSOU-YOVO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *