La Banque africaine de développement publie un cadre d’harmonisation nouvellement harmonisé pour les opérations du secteur privé

La Banque africaine de développement publie un cadre d’harmonisation nouvellement harmonisé pour les opérations du secteur privé


La Banque africaine de développement et d’autres banques multilatérales de développement (BMD) ont publié un cadre harmonisé pour évaluer l’additionnalité dans leurs opérations respectives dans le secteur privé.

Le nouveau cadre soutient l’engagement continu des BMD envers la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) et du programme «Des milliards à des milliards» de l’ONU. 

Le concept d’additionnalité reprend le principe clair et simple selon lequel les banques de développement doivent apporter une contribution allant au-delà de ce qui est disponible sur le marché et ne pas évincer le secteur privé. Le concept d’additionnalité, qui est déjà accepté, est l’un des cinq principes communs approuvés par les BMD en 2012 pour guider leur engagement auprès du secteur privé en vue de la réalisation des objectifs de développement, tels que définis dans les Principes de la Banque de développement multilatérale à l’appui des opérations durables du secteur privé . Ces principes ont également été renforcés dans les Orientations 2013 de l’ IFD sur l’utilisation du financement concessionnel dans les opérations du secteur privé et dans les Principes renforcés pour le financement mixte de 2017 .

Le cadre harmonisé des banques de développement multilatérales pour l’additionnalité dans les opérations du secteur privé  fournit des indications concrètes sur l’application du principe d’additionnalité. Il développe et articule plus de détails sur le principe d’additionnalité, présente des définitions communes pour l’additionnalité financière et non financière, prescrit des orientations pour une approche commune de la gouvernance de l’additionnalité et fournit des exemples d’éléments de preuve permettant de démontrer la présence de l’additionnalité.

Tout en reconnaissant que l’évaluation de l’additionnalité est spécifique au contexte de chaque projet dans les limites du mandat de chaque BMD, une approche harmonisée permet une conversation plus efficace et plus efficiente avec les actionnaires sur le lieu et la manière d’intervenir. Cela garantira que les ressources des BMD sont utilisées de la manière la plus catalytique possible et qu’elles sont dirigées là où elles sont le plus nécessaires, en fin de compte, soutenir la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’ horizon 2030 .

Pour plus d’informations sur le cadre harmonisé pour l’additionnalité de 2018, veuillez contacter:

  • Banque africaine de développement

Laura Sennett, responsable principale, Coordination des affaires multilatérales, l.sennett@afdb.org

  • Banque asiatique de développement

Lesley Bearman Lahm, chef, Unité des opérations inter-agences et non souveraines, llahm@adb.org

  • Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures 

Bin Wang, responsable principal, Département de la stratégie, des politiques et du budget, bwang@aiib.org

  • Banque européenne pour la reconstruction et le développement

Caroline Pearce, directrice principale, Stratégie d’entreprise, PearceC@ebrd.com

  • Banque européenne d’investissement 

Kristina Mikulova, conseillère en politiques, stratégie institutionnelle, k.mikulova@bei.org

  • Groupe de la Banque interaméricaine de développement 

Viviane Azevedo, économiste et responsable de l’efficacité du développement, Département de la stratégie et du développement, vivianea@iadb.org

  • Société financière internationale

Deborah Feigenbaum, responsable de la coordination BMD / IFI, dfeigenbaum@ifc.org

  • Société islamique pour le développement du secteur privé

Ibrahima Thierno Lo, directrice, suivi et évaluation, IThiernoLo@isdb.org

Auteur

Avatar

Rosko DOSSOU-YOVO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *