L’agriculture Kényane se numérise

L’agriculture Kényane se numérise

Alors que les anciennes méthodes de fourniture de services importants aux populations via l’agriculture deviennent obsolètes, le pays vient de développer 14 applications mobiles pour aider les agriculteurs à s’approprier des technologies qui améliorent la productivité agricole et le commerce. Financés par l’Organisation de recherche agricole et animalière du Kenya (KALRO – Kenya Agricultural &… Voir l’article

[TheChamp-Sharing count="1"]

Alors que les anciennes méthodes de fourniture de services importants aux populations via l’agriculture deviennent obsolètes, le pays vient de développer 14 applications mobiles pour aider les agriculteurs à s’approprier des technologies qui améliorent la productivité agricole et le commerce.

Financés par l’Organisation de recherche agricole et animalière du Kenya (KALRO – Kenya Agricultural & Livestock Research Organization), ces 14 applications font suite à trois autres lancées en avril 2017 qui ciblaient le poulet indigène, les pâturages, la production de semences et des cultures des zones arides. Selon des experts, le Kenya est en train de transformer son agriculture et ces nouvelles applications permettront au pays de maximiser la productivité des cultures telles que : l’avocat, la banane, le manioc, le maïs, la goyave, le niébé et la pomme de terre.

A Lire: 39,5 millions d’euros pour développer l’agriculture intelligente en Afrique de l’Est

En effet, l’utilisation desdites applications permettront aux agriculteurs d’accéder à des informations vraies, contrairement aux modèles conventionnels qui leur permettaient de recevoir des informations erronées conduisant à la culture de semences non recommandées. Cette innovation ouvrira la voie à une nouvelle révolution qui contribuera à réduire les prix pour les consommateurs, à une agriculture intelligente et motivera les agriculteurs à augmenter leur production.

Nous numérisons notre agriculture pour aider à faciliter les processus agricoles, stimuler le commerce électronique et fournir des données ouvertes pour une utilisation future en agriculture

a affirmé Mwangi Kiunjuri, secrétaire d’Etat kenyan pour l’agriculture et l’irrigation. Pour Boniface Akuku, directeur des technologies de l’information et de la communication (TIC) à KALRO,

la plateforme aidera à améliorer la démocratisation des données de recherche et les idées pour informer les politiques en particulier, sur l’amélioration des moyens de subsistance des petits agriculteurs.

A Lire: L’Egypte projette une exportation record de 100 000 tonnes de raisins de table en 2018

Ces applications mobiles ayant été lancées le 29 mai dernier devraient aider les jeunes à adopter l’agriculture comme activité professionnelle. Elles sont conçues pour aider les agriculteurs à identifier et prévenir les parasites des cultures et les maladies qui affectent les cultures, et avoir une bonne notion du temps pour la plantation de graines. Une véritable avancée pour l’agriculture Kényane qui entre ainsi dans une nouvelle ère ; celle du numérique.

Auteur

Avatar

André TOKPON

Journaliste spécialiste des questions agricoles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *