L’industrie spatiale décolle progressivement sur le continent

L’industrie spatiale décolle progressivement sur le continent


La conquête spatiale qui a été pendant plusieurs années, l’apanage des grandes puissances du monde, intéresse de plus en plus d’autres nations. L’Afrique aussi s’est lancée dans cette dimension et fait petitement ses pas à travers des projets spatiaux lancés par certains pays du continent. Ces projets qui sont pour la plupart des lancements de satellites, sont très peu connus du grand public. Depuis 1998, malgré la faiblesse des moyens, une quarantaine de satellites africains ont été lancés.

Les nouveaux arrivants dans la course vers l’espace

Le Ghana a lancé son premier satellite baptisé « GhanaSat-1 » en 2017. Il a été construit par une équipe d’ingénieurs ghanéens de l’université All Nation. Il a été livré à la station spatiale internationale en juin, à travers une fusée SpaceX qui a décollé du Kennedy Space Center, aux Etats-Unis. Le projet a été soutenu par l’agence spéciale japonaise Jaxa en fournissant la majorité des ressources nécessaire au développement du projet.

En novembre 2017, le Maroc a lancé « Mohammed-VI A », son premier satellite d’observation. Il est doté d’une très haute définition et est capable de fournir en moins de 24 heures des clichés d’une résolution pouvant atteindre 70 cm depuis l’espace.

L’Algérie a placé en orbite son satellite de télécommunication en décembre 2017 depuis la station de Xichang (Chine). Dénommé « Alcomsat-1 » et construit par la China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC), il est destiné à la diffusion de 200 à 300 chaînes de télévision et de 200 à 300 chaînes de radios, à la formation en ligne, la télémédecine et la visioconférence.

L’Angola avait lancé son premier satellite dénommé Angosat-1 mais l’a perdu. Il avait été lancé en décembre 2017 depuis le cosmodrome de Baikonour au Kazarkhstan. Les spécialistes avaient perdu son contrôle quelques heures après sa mise en orbite. Le gouvernement avait annoncé un Angosat-2.

Le 11 mai 2018, le Kenya a lancé son tout premier satellite. Ce satellite a pour mission de favoriser la collecte des informations dans divers secteurs dont la prévision météorologique, la cartographie de la sécurité alimentaire, la surveillance du bétail etc.

En 2019, l’Ethiopie a procédé au lancement de son satellite ETRSS-1 et devient cette année-là, le onzième pays africain à rejoindre la constellation en orbite. Ce satellite a été lancé depuis la Chine, le pays qui a participé à la grande partie des 8 millions de dollars dont avait besoin le projet pour se concrétiser.

Le Rwanda a mis en orbite le 27 février 2019, son premier satellite depuis la base de Kourou en Guyane. Baptisé « Icyerekezo », ce satellite a été construit à Toulouse (France). Il permettra de donner accès Internet au groupe scolaire secondaire de St Pierre Nkombo.

Les puissances spéciales africaines

L’Egypte, le Nigéria et l’Afrique du Sud sont les pionniers dans le domaine spatial en Afrique.

L’Egypte fut le premier pays africains a lancé le 28 avril 1998, un satellite dans l’espace. Il a été fabriqué par Matra Marconi. Depuis lors, le pays a multiplié ses efforts dans ce domaine, elle a procédé au lancement de Nilesat 102 en 2000, Egypte Sat 1 en 2007, Nilesat 201 en 2010, Egypte Sat 2 en 2014 et Egypte Sat A en 2019.

Le Nigeria a quant à lui créé en 1999, la National Space Research and Developpement Agency (NASRDA) et a mis en orbite son premier satellite « Nigeria Sa1 » en 2001. En 2006, le gouvernement nigérian a mis en place un programme spatial avec pour objectif d’envoyer un homme sur la lune en 2030.

En 2011, le Nigéria a lancé NigeriaSat-X, le premier satellite conçu et réalisé par des africains. Ce satellite fut le fruit d’un accord de formation en transfert entre la NASRDA et Surrey Satellite Technology Ltd. Il sera utilisé pour la gestion des ressources, et la cartographie du pays dans le but de contribuer à la sécurité alimentaire. Il favorisera également le développement des capacités spatiales et des compétences techniques du Nigeria.

L’Afrique du Sud multiplie également ses actions dans la course dans l’espace. SunSat est le premier satellite miniaturisé conçu et fabriqué dans le pays en 1999. Après ce premier coup, l’Afrique du Sud a lancé plusieurs autres satellites dont Sumbandilasat en 2011, Zacube-1en 2013, Kondor-E en 2014 ou récemment XinaBox ThinSat en 2018.

L’Afrique traine faute de moyens

Les projets spatiaux nécessitent des moyens financiers importants, ce qui empêche la plupart des pays africains de s’aventurer sur ce terrains. Les quelques-uns qui s’y intéressent sont obligés de se faire aider. C’est donc dans le but d’inverser la tendance et d’unir leurs forces que l’Agence Spatiale africaine a été créée en avril 2019 par les 54 pays africains. Les chercheurs africains pourront donc se réunir, travailler ensembles. Cette agence favorisera la mise en place d’une politique spatiale commune à tous les pays africains.

Le professeur égyptien Islam Abou El-Magd (photo) avait précisé que « L’agence va mettre un terme aux redondances qui caractérisent, jusqu’ici, une partie des programmes spatiaux nationaux. L’idée n’est pas de mettre un terme au travail des agences spatiales nationales, mais de coordonner le tout pour plus d’efficacité ».

Pourquoi la conquête de l’espace est importante pour l’Afrique ?

Le lancement des satellites pourront permettre par exemple aux pays africains, d’amélioration de leur quotidien. Ces satellites favoriseront le développement des télécommunications. L’observation de la terre afin de prévenir le terrorisme ; les prévisions météorologiques pourront aider les agriculteurs. La conquête spatiale peut être utile dans la gestion des ressources naturelles, dans la sécurité. Ce n’est donc pas une question d’affichage de ses forces mais d’une question de très haute importance.

Plusieurs projets spatiaux sont programmés pour être concrétisés dans les prochaines années dans certains pays africains, dont l’Afrique du Sud, le Maroc et le Nigeria.

Auteur

Avatar

Claudel Capo-Chichi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *