POLITIQUE Mali: Le chef de l’opposition, Soumaïla Cissé, meurt du coronavirus

POLITIQUE Mali: Le chef de l’opposition, Soumaïla Cissé, meurt du coronavirus


Le principal opposant malien Soumaïla Cissé, s’est éteint ce vendredi en France. Le décès a été annoncé à l’AFP par sa famille et confirmé par un responsable de son parti.

Selon l’un de ses proches, son état de santé s’est dégradé alors qu’il était encore à Niamey. Il a donc été évacué d’urgence à Paris, où il est décédé des suites de la Covid-19.

Né le 20 décembre 1949 à Tombouctou, une ville du centre du Mali, Soumaïla Cissé a été plusieurs fois ministre, mais aussi candidat à la présidence de la République. Il a également été président de la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) entre 2004 et 2011.

Figure de l’opposition malienne, il a été enlevé par des jihadistes, le 25 mars dernier, alors qu’il faisait campagne pour les élections législatives dans la région de Tombouctou (Nord-Ouest). Il a été libéré au mois d’octobre, en même temps que la française Sophie Pétronin et deux Italiens, en échange de 200 détenus relâchés à la demande des groupes jihadistes. « Je n’ai subi aucune violence, ni physique, ni verbale », avait-il déclaré après sa libération.

Soumaïla Cissé était également attendu par beaucoup de maliens pour la prochaine présidentielle. « Nous avions espéré que c’était pour mieux se préparer pour revenir et faire une véritable rentrée politique en 2021. Et aujourd’hui, nous sommes désemparés. Mais je sais que les Maliens trouveront les ressources nécessaires pour reprendre l’espoir que Soumaïla incarnait », a déclaré Choguel Maïga, porte-parole du parti malien M5, à RFI.

Auteur

Avatar

Magazine InAfrik

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *