Réforme, Covid-19, Restitution des oeuvres d’art et Zlecaf au menu de la nouvelle année de l’UA

Réforme, Covid-19, Restitution des oeuvres d’art et Zlecaf au menu de la nouvelle année de l’UA


Les chefs d’Etats et de gouvernements africains se sont réunis les 06 et 07 février 2021 par visioconférence, pour la tenue du 34e sommet de l’Union Africaine. C’est la première fois que l’organisation panafricaine organise une rencontre d’une telle envergure en ligne pour éviter la propagation et la contamination de la Covid-19.

Au cours de cette rencontre virtuelle, les participants ont procédé à l’élection du président en exercice de l’Union pour l’année 2021. C’est le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi qui a été élu pour succéder au président sud-africain, Cyril Ramaphosa à la présidence de l’organisation. Le Tchadien Moussa Faki Mahamat, seul candidat à sa succession, a quant à lui été réélu, pour quatre ans, à la tête de la Commission de l’UA, l’organe exécutif de l’Union. Ils ont également examiné plusieurs sujets d’actualité dont la pressente question de la lutte contre le coronavirus.

La lutte contre la Covid-19


Les participants à ce sommet de l’Union Africaine ont décidé de mettre en œuvre « la stratégie continentale commune contre la Covid-19, le renforcement du fond africain pour la covid-19, la création d’une plateforme africaine pour l’acquisition du matériel médical et l’accélération des tests covid » a déclaré Félix Tshisekedi dans son discours de clôture des travaux. Sur ce sujet, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé la désignation de 6 éminentes personnalités en vue de la mobilisation des ressources financières pour lutter contre la pandémie. La Conférence a mis l’accent sur la nécessité d’assurer à tous les Etats membres de l’UA un accès équitable et rapide au vaccin contre le virus.

De son côté, le premier ministre algérien Abdelaziz Djerad, représentant du président de la République algérien, Abdelmadjid Tebboune, a plaidé pour un renforcement de la solidarité continentale et mondiale. Il souhaite également l’unification des efforts communs pour lutter contre la pandémie Covid-19, en permettant notamment aux pays pauvre d’accéder aux vaccins. Les participants se sont entendus également sur le principe du renforcement et de l’autonomisation du Centre Africain de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC Afrique), en accordant le pouvoir nécessaire à ses dirigeants.



La réforme institutionnelle de l’UA


Les Chefs d’Etat et de gouvernement se sont penchés sur le Rapport intérimaire portant sur la réforme institutionnelle de l’Union africaine qui a été présenté par le président  rwandais Paul Kagame. Intitulé « L’impératif de renforcer notre union », ce rapport comporte plusieurs propositions de réformes. Il suggère une meilleure division du travail entre la Commission, les communautés économiques régionales et  les Etats  membres. La transformation du nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) en agence de développement de l’UA, le renforcement des compétences du président de la commission,  la mise en œuvre immédiate de la « taxe Kaberuka » de 0,2% sur les importations font également partie des propositions.

Le Maroc, membre du Comité consultatif sur la réforme institutionnelle de l’Union africaine (UA), a décidé d’appuyer la réforme. Pour le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, ce processus « est nécessaire dans sa substance et pragmatique dans sa démarche ». Il a ajouté que le rapport est un exemple de détermination structurante et de leadership clairvoyant pour l’union.

L’Algérie a plaidé pour une réforme institutionnelle de l’Union africaine pour la promotion de l’action africaine commune. Cette réforme permettrait également à l’UA de se mettre au diapason des changements internationaux.

La mise en œuvre de la ZLECAF



En ce qui concerne la Zone de libre-échanges continentale africaine (ZLECAF), les chefs d’Etats et des Gouvernement ont démontré leur engagement en faveur de l’intégration du continent. Selon le président Tshisekedi, « il est question maintenant de prendre en main la gestion des questions en suspens dont la concrétisation occasionnera le succès de cette mise en œuvre ». Il faut rappeler que cette zone commerciale est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2021. Son objectif est de permettre l’intégration des 55 Etats de l’UA.
Il faut noter que les activités de l’UA pour le compte de l’année 2021, se basera sur le thème : Arts, la culture et le Patrimoine, levier pour l’édification de l’Afrique. Dans son discours, le président Félix Tshisekedi a déclaré : « il s’agit notamment pour les Etats membres, d’obtenir la restitution et le rapatriement des œuvres d’arts africains gardés hors continent ». Dans cette logique, il a été recommandé aux Etats membres de l’UA, d’accélérer le processus de ratification de la Charte de la renaissance culturelle africaine et du statut de la commission africaine de l’audiovisuel et du Cinéma en vue d’assurer leur entrée en vigueur.

En ce qui concerne la 35e session ordinaire de la Conférence de l’UA, elle se tiendra à Addis-Abeba (Ethiopie). Le nouveau Président de l’Union africaine pour l’année prochaine sera le président du Sénégal.

 



 

Auteur

Avatar

Claudel Capo-Chichi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *